L'implantation des entreprises, la connaissance des territoires

Bureaux, locaux d'activité, entrepôts, terrains

Service de recherche 100% gratuit pour les entreprises

D’objets de loisir pour le grand public, les drones voient aujourd’hui leurs applications professionnelles se multiplier. La capacité des drones (ou Unmanned Aerial Vehicle – UAV) à voler de façon autonome ou en étant contrôlés à distance depuis le sol, en fait désormais un outil technologique adapté à des usages de loisirs, civils ou militaires.

Sur le marché européen, la France se hisse au 2e rang en nombre d’unités vendues après la Norvège (Fr = 31.000 / No = 34.000). À titre de comparaison sur le marché mondial, la Chine est devenue le leader incontesté de la production de véhicules électriques avec plus de 468.000 unités vendues en 2017. Cela représente une augmentation de 82 % selon les derniers chiffres de la China Association of Automobile Manufacturers (CAAM).

 

La filière des drones

La DGE dans son étude « Perspectives de développement de la filière des drones civils à l’export » de 2017 répertorie le secteur des drones en 4 catégories :

  1. les « dronistes », acteurs spécialisés du drone (FPDC, constructeurs de drones, opérateurs, organismes de formation…)
  2. les acteurs issus du secteur de l’aéronautique, qui se sont intéressés mécaniquement à l’apparition des drones mais ne sont pas spécialisés dans ce domaine (DGAC, Onéra, Gifas, constructeurs aéronautiques…)
  3. les acteurs de la filière des composants
  4. les acteurs associés aux marchés d’application des drones, pour qui ces aéronefs sont un outil utilisé dans leur activité.

On compte actuellement environ 3000 entreprises françaises dans le secteur, dont des acteurs mondialement reconnus comme Parrot, Delair Tech et RedBird. Stéphane Morelli, Président de la Fédération Professionnelle du Drone Civil, prédit que « des opérations de fusion-acquisition vont permettre de structurer le marché afin de créer les champions de demain » : 150 000 emplois pourraient être créés.

Et même si les drones destinés au grand public représentent le plus grand nombre d’unités vendues, ce sont les appareils à vocation professionnelle qui dopent aujourd’hui les innovations.

 

Le marché des drones porté par les applications professionnelles

Pour s’adresser au marché professionnel, les entreprises se sont positionnées sur plusieurs secteurs : l’agriculture tout d’abord – mais la filière s’avère peu rentable au vu des surfaces à couvrir ; et la livraison de colis – mais la réglementation reste problématique aujourd’hui.

Finalement, ce sont des nouveaux services innovants qui émergent :

  • prises de vue aériennes, pour l’immobilier, l’audiovisuel, ou la promotion touristique
  • inspections techniques : tests d’inspection énergétique sur des immeubles de grande taille par exemple
  • inspection pour la construction : modélisation de bâtiments rapide et sécurisée
  • sécurité avec la surveillance de grandes zones (festivals, manifestations…) et la surveillance de feux de forêts ou d’espaces maritimes (avec des projets de drones flottants) pour la sécurité civile

Aujourd’hui, les marchés les plus porteurs pour les drones à usage professionnel relèvent non pas de la construction des drones en soi, mais des applications autour des drones : traitement de données, logiciels, radars et technologies de neutralisation des drones.

Pour le secteur de la livraison, et malgré des investissements forts des acteurs de la distribution, la loi est encore restrictive. En France par exemple, le survol de certaines zones par drone est impossible. Pour l’instant, c’est donc sur les zones isolées que le marché des drones semble le plus prometteur : La Poste par exemple, avec sa filiale DPDGroup, a ouvert une ligne commerciale dans le Var, et travaille sur des projets pour des livraisons dans des villages corses de montagne, ou encore sur l’Île d’Yeu.

 

Un marché qui se structure, accompagné par des clusters régionaux

Même si elle est considérée comme restrictive aujourd’hui, la législation peut aussi ouvrir la porte à des opportunités commerciales et techniques. En effet, l’UE prévoit de développer des standards européens en matière de conception et d’équipement des drones, notamment par le biais de nouvelles réglementations qui devraient être adoptées en 2019 pour une application en 2021.

En France, les clusters régionaux vont contribuer à faire gagner les entreprises en compétitivité, en innovation et en visibilité à l’international. Pionnière dans le domaine, la région Nouvelle-Aquitaine a structuré dès 2010 son écosystème autour du cluster AETOS.

Depuis 2012, la région Occitanie a également son cluster : Robotics Place regroupe les entreprises, les laboratoires de recherche et les écoles des secteurs de la robotique et des drones. Plus récemment, c’est le cluster « Drones Paris Région » qui a été créé (Octobre 2016).

En termes de visibilité, les entreprises du secteur des drones se retrouvent sur de grands salons, dont certains en France : Salon du Bourget, Eurosatory, mais aussi la Convention UAV Show (Bordeaux – Octobre 2018), ou le salon régional Drone Expérience (Mars 2018 – Nantes). C’est à l’occasion de ces salons mais aussi lors d’actions de prospection ciblées sur le secteur des drones que Parcsdactivites.com a détecté plusieurs projets d’implantation d’entreprises. Qu’il s’agisse d’activités de conception, de tests, ou de services (cartographie, production audiovisuelle), les critères d’implantation prioritaires sont la présence d’un écosystème dans le domaine, et pour les tests la possibilité de faire des essais en vol.

Pour plus d’informations, contactez Perrine Laffitte – chargée de mission Industrie

Drones : un marché d’innovations en pleine structuration

LE BLOG DES EXPERTS

Vous êtes une entreprise

Nos solutions dans votre recherche d'un nouveau site d'implantation.

Parcs d'Activités et locaux